A propos du site Alimata.fr

Dessin de Champol

Si un plongeur m’avait dit un jour que je ferai de la photo sous-marine, je l’aurai soupçonné illico de gonfler ses blocs avec autre chose qu’un mélange N² O² réglementaire…

Parce que ce que j’aime avant tout dans la plongée, mis à part l’eau plutôt chaude et claire, c’est la ballade et lorsque je croisais des photographes avec tout leur barda digne d’un colporteur des temps anciens, je plaignais ces pauvres bougres, les assimilant aux forçats et aux bagnards des fonds marins. Parfois même je les trouvais gonflants, surtout quand ils intégraient votre palanqué, toujours à la traîne, raclant le fond tel un chalut et s’immobilisant pendant d’interminables heures minutes pour photographier un nudibranche gros comme la moitié d’un ongle et présent en milliers d’exemplaires dans tous les bons bouquins de bio.

Mais voilà, il n’y a que la Fédé qui n’évolue pas… ;o)

Le déclic s'est produit en 2002, lors d’une croisière en Birmanie où j’ai croisé de si belles choses sous l’eau (dont un requin baleine) que je me suis dit qu’il faudrait que j'investisse pour immortaliser de tels moments. L’année suivante, une croisière aux Maldives avec un binôme équipé d’un petit Minolta ainsi que la fréquentation d’un couple d’irréductibles Olympusiens m’ont conforté dans mon idée et en 2004, la préparation d’un séjour aux Philippines m’a fait passer le cap.

Canon Ixus 430 et caisson WPDC800

J’ai donc investi dans un Canon Ixus 430 (PowerShot S430 hors Europe) et son caisson constructeur acheté sur Internet. La taille, le prix et la qualité notoire de l’appareil ont été mes principaux critères de choix.

Mais voilà, une fois de retour des mers du sud avec mes 300 photos, mes 10 vidéos et les 500 autres jpeg de mes comparses de voyages, que faire quand vous êtes sollicité pour montrer vos oeuvres. Comme je me voyais mal graver des CD à longueur de journée ou revisiter les fameuses soirées diapos de ma jeunesse, j’ai opté pour le site Internet. Comme j’avais pris l’habitude de faire un compte-rendu de mes séjours sur BMPP, j’ai opté pour le style carnet de plongées.

Voilà donc la belle histoire du site : Les voyages plongée d'Alimata.

Pourquoi ce site ?

Logo Alimata

Les voyages plongée d'Alimata ont pour unique vocation de vous faire partager des impressions de voyages et vous donner des informations sur les sites de plongée, les clubs et la vie locale. Les photos et les vidéos présentées sont des souvenirs sans prétention aucune et dont l'unique objet est d'illustrer les récits.

Si ce site vous donne envie de voyager et peut vous aider à monter des séjours plongée il aura rempli son office, car si le monde est vaste, celui des plongeurs est parfois ridiculement petit...

Pourquoi Alimata ?

Iles maldives

En fait, je ne me prénomme pas Alimata, mais tout simplement Pierre. C'est bien après la création de ce site que je me suis apperçu que ce mot, que je croyais avoir inventé, était un prénom féminin très répandu en Afrique de l'Ouest.

Alimata vient en fait d’Alimatha (ou Alimathaa) qui est le nom d'une île et d’une passe de l’atoll de Felidhu (Vaavu) aux Maldives. Lors d'une croisière dans cet atoll en 2003, j’avais trouvé la phonétique de ce mot agréable et facile à prononcer. Je l’ai repris à mon compte et utilisé comme pseudo dans divers forums et newsgroups ayant attrait à la plongée sous-marine.

Lorsque j'ai créé ce site, il ne m’a pas paru plus idiot qu’un autre...