Hulhulé, l'ile-aéroport et Hulhumalé, l'ile artificielle des Maldives

A quelques encablures au nord de l'ile de Malé se trouvent deux iles atypiques des Maldives. La première, dénommée Hulhulé, est une ile-aéroport et la seconde, Hulhumalé, est une ile de sable artificielle construite pour désengorger la capitale surpeuplée.

HULHULE : l'ile-aéroport

Hulhulé, l'ile aéroport de MaléAéroport d'Hulhulé Hulhulé, aérogare de l'aéroport de MaléAérogare d'Hulhulé

Hulhulé est la première île des Maldives que vous visiterez lors de votre séjour, même si c'est très brièvement, car elle fait office d'aéroport international. L’atterrissage fait toujours son petit effet, même pour les plus blasés car on a vraiment l’impression d’atterrir sur l’eau. Ce gigantesque porte-avions est en fait le fruit de la réunion de 2 îles : Hulhulé proprement dite et Gaadhoo. Cette fusion a eu lieu en 1968 pour rallonger la piste d’aviation initiale construite par les anglais en 1960 (voir photos) et créer ainsi un aéroport international capable d’accueillir les avions gros porteurs nécessaires au développement du tourisme dans l'archipel. L’île aéroport d'Hulhulé devrait être agrandie lors de la phase 2 du projet de l'ile artificielle d’Hulhumalé (voir ci-après).

Il est a noter qu’un deuxième aéroport international doit être mis en service sur l’île de Gan (atoll d’Adu) pour desservir le sud de l’archipel et la dizaine de nouveaux resorts prévus par le gouvernement dans cette zone jusqu'à présent un peu délaissée par le tourisme, mais en 2012 il n'est toujours pas opérationnel.

Rien à dire d’autre que pour tout autre petit aéroport tropical, si ce n’est la zone duty-free très limitée et sa situation particulière qui nécessite de prendre un bateau bus/taxi (dhoni) pour aller ailleurs. A noter aussi que tous les bagages entrant aux Maldives sont passés aux rayons X afin de détecter tous produits non conformes aux règles locales, comme l'alcool.

L'alcool aux Maldives

Aux Maldives, l'Islam est religion d'état. Il est donc interdit d'introduire des objets d'autres religions, de la viande de porc (saucisson, jambon, bacon), des revues érotiques (attention aux critères locaux !!) et de l'alcool. Ces objets lorsqu'ils sont détectés à la douane sont consignés à l'aéroport le temps de votre séjour. Ils vous seront restitués, sans frais, lors de votre départ, car il ne faut pas indisposer les touristes...

L'alcool aux MaldivesRécipient pour l'alcool A ne pas utiliser pour importer de l'alcool aux Maldives Récipients à ne pas utiliser

L'alcool est disponible, quoique cher, dans tous les resorts et sur tous les bateaux de croisière qui disposent d'une licence spéciale délivrée par le gouvernement. Si vous voulez en passer dans vos bagages, je vous conseille 3 solutions efficaces pour déjouer les contrôles à l'aéroport :

  • les bidons métalliques de sirop (type Teisseire). Il faut retirer entièrement l'insert en plastic sans abîmer l'opercule (faut tirer un peu fort), vider le contenu, rincer, et le remplir de votre alcool favori. Refermer et le tour est joué,
  • les poches en plastique alimentaire (type Platypus). On les trouve dans les magasins de sport au rayon randonnée. Une fois remplies, placez les dans votre valise ou votre sac au milieu de vos vêtements,
  • les bouteilles carrées en plastique de pastis ou de whisky achetées au duty-free, que vous glissez dans votre bagage cabine. Leur forme atypique pour de l'alcool et la matière les fait très bien passer inaperçues aux rayons X.

Par contre, il ne faut pas utiliser de récipients non-alimentaires (shampoing, gel-douche, bain moussant...). En effet, s'ils permettent de passer facilement les contrôles, ils donnent un goût désagréable et ont tendance à faire mousser votre apéritif favori et ceci même en les lavant et les rinçant des dizaines de fois. Le Ricard moussant goût cologne ou noix de coco, ce n'est vraiment pas terrible !! D'autre part quand vous prenez l'apéro avec ce type de bouteilles sur la table, l'équipage vous regarde d'un drôle d'œil. Il est vrai que cela à de quoi surprendre... (voir photo).

HULHUMALE : l'ile artificielle

Ile d'Hulhumalé vue du cielIle d'Hulhumalé Lagon d'Hulhumalé, mouillage des bateaux de croisièresLagon d'Hulhumalé
Ile d'Hulhumalé vue du cielFaru, Hulhumalé et Hulhulé

Devant l'impossibilité d'étendre la superficie de l'île de Malé et pour juguler son développement démographique, le gouvernement maldivien a décidé en 1997 d’édifier une île artificielle proche de la capitale pour loger à terme 100 000 Maldiviens et accueillir industries légères, administrations et commerces. C'est le projet d'Hulhumalé.

Le choix s'est porté sur le lagon d'Hulhulé, au nord de l'aéroport, qu'on remblaye depuis 8 ans avec du sable de corail puisé dans la mer suivant le même principe que les très médiatique et célèbres îles palmiers de l’émirat de Dubaï. Le projet a pris du retard à cause de la nécessité de surélever l'île de 2 m au dessus du niveau de la mer pour éviter les inondations potentielles liées au réchauffement climatique ou aux tsunamis.

La première tranche de 190 ha, autant que Malé, est en cours d’achèvement avec ses logements (2 000 personnes y habitent déjà), sa mosquée (un don de l'émirat du Qatar), son hopital, ses grandes rues...

A terme, en 2040, la phase 2 englobera l'ile de Faru (Farukolhufushi) l’ancienne, mais toujours exploitée île de ClubMed qui est en fait l’extrémité nord du lagon. Avec l'extension de l'aéroport qui le jouxte, Hulhumalé sera alors l'ile la plus peuplée de l'archipel des Maldives (voir le projet Hulhumalé). En fait le projet a un peu de plomb dans l'aile. Il n'y a pas seulement des problèmes financiers liés à la crise actuelle et aux remboursements des prêts initiaux accordés aux habitants par le gouvernement. Hulhumalé a mauvaise réputation. Les appartements modernes sont jugés inadaptés au mode de vie maldivien, les prix qui devaient être bas sont au niveau de ceux de Malé à cause de la spéculation immobilière et surtout les habitants se plaignent de vivre dans une ville sans âme, une ile-dortoir. Ils préfèrent retourner à Malé, qu'ils jugent plus vivante et plus habitable malgré sa surpopulation chronique.

Si vous faites une croisière plongée, vous aurez tout le temps de voir ces travaux pharaoniques car c’est le lagon d'Hulhumalé, coté ouest, que sert de mouillage à tous les bateaux de croisière-plongée au départ de Malé nord.