L'Incantu : Résidence et club de plongée à Galéria

Je suis parti avec Christophe à l’Incantu fin juin, début juillet 2004 pour passer le Niveau 4 de la FFESSM.

Le club se situe dans le petit village de Galéria, au sud de Calvi, à la limite de la réserve de Scandola. C’est le 2ème plus grand centre formateur de France après Niolon. Il draine beaucoup de plongeurs des clubs et comités de la région parisienne.

Ce qui est bien chez eux c’est qu’ils vendent un package complet comprenant le vol Paris/Calvi par Air France, les transferts aéroports, l’hébergement en appartement, la restauration en pension complète, les plongées, les cours, le matériel s’il vous en manque et bien sûr l’examen avec le jury. Pour Paris, les vols partent le dimanche en milieu d’après-midi. La franchise bagages est de 30 kg, mais si vous avez plus n’hésitez pas à discuter en expliquant que vous êtes plongeur, que l’Incantu vous avait dit 60 kg, que vous êtes pompier enfin tout ce qui vous passe par la tête par ce qu’avec Air France c’est vraiment à la tête du client !

Les appartements ne sont pas luxueux mais fonctionnels avec une terrasse (sympa pour l’apéro le soir) et suivant les cas une mezzanine. Ils disposent d’une salle de bain avec baignoire (WC dans la SdB) ainsi qu’une cuisine avec réfrigérateur. La literie est bonne sauf si vous héritez du canapé convertible. Les repas sont corrects sans plus du type collectivité amélioré et un peu répétitif si vous restez 15 jours. Ils sont pris à heure fixe : petit déjeuner en libre service de 8h à 9h, déjeuner à 13h et dîner à 20h pétante. Si le vin est compris (rouge et rosé, mais attention estomac blindé recommandé), les cafés sont en sus. La terrasse est réservée aux clients du restaurant, mais s’il n’y a personne vous pouvez demander (gentiment) d’y manger.

Bien sûr il y a le fameux BAR de l’Incantu, tenu par Serge, sûrement l’endroit le plus fréquenté de Galéria !! Leur système de compte est bien pratique, car il n’y a pas de distributeur de billets au village, mais en fin de séjour la note à régler est parfois salée…

L’Incantu est un centre Scubapro équipé de 80 blocs de 12 et 15 l. Le gonflage est assuré par 2 compresseurs (52 m³/h) et une batterie impressionnante de 18 tampons. Il dispose aussi d’une centrale Nitrox. Vous devez charger votre bloc et votre matériel dans une des camionnettes qui descendra le tout au port, tandis que vous, vous êtes parti pour votre petite promenade bien agréable de 15 mn à l’aller et 20 mn au retour (because la côte…). Le matériel reste à bord des bateaux sans problème pendant tout le séjour. Il y a 2 grands bacs de rinçage ainsi que de quoi étendre votre matériel à l’intérieur et à l’extérieur pour le faire sécher. Le tout est complété par 2 salles de cours bien équipées (tableaux, vidéos-projecteurs…) pour ceux qui passent des niveaux.

La flotte se compose de 2 vedettes jaune en aluminium pouvant transporter chacune 20 plongeurs ainsi que 3 semi-rigides. Au vu de la taille de la structure, on pourrait s’attendre à tomber dans une "usine" avec un coté très impersonnel. Il n’en est rien. L’ambiance est bon enfant, sûrement due aux nombreux stagiaires pédagogiques qui viennent y faire leurs classes.

En ce qui concerne les sites, je peux difficilement en parler car on a passé 15 jours à faire des Yo-Yo sur des fonds de sable ou dans le bleu et à traverser la baie pour atteindre ces foutues bouées rouges avec soit un bloc sur le dos soit un mannequin dans les bras. Notre seule explo : beau site (Scuglietti) avec du poisson (mérou, denti…).

Le stage du Niveau 4

On a pris celui de 2 semaines car on n’avait pas eu bien le temps de se préparer avec Christophe. Sept autres stagiaires nous ont accompagnés : Brigitte, Sarah, Daniel, Marc, Thierry, Thomas et Yann.

Il est préférable d’avoir une condition physique correcte et d’avoir au moins lu les cours (type livre Plongée Plaisir N4) si vous ne voulez pas passer vos soirées à réviser. Trois autres candidats nous ont rejoints la dernière semaine pour le stage final : Claude, Hervé et Pascal. Il faut avoir ses aptitudes signées et être bien préparé car il n’y a que 3 jours et demi de révisions.

Nos encadrants :

Arno

Arnaud (MF2) : Vraiment sympa tout en étant très professionnel.

C’est aussi un très bon mime et son imitation du tour d'horizon de certains à 3 m à la RSE et à l'apnée vaut son pesant d’or : Coucou, j’te vois, j’te vois plus...

 
Audrey

Audrey (BEES1) : Si je suis finalement descendu à 10 m en apnée le jour de l'examen, c'est uniquement pour vérifier qu’elle avait toujours son beau sourire. Et que dire de sa manière de simuler la narcose à 40 m en baissant les paupières!! Merci de ne pas taper sur son masque pour vérifier si c’est réel, car elle doit en profiter pour partir dans des mondes où le commun des plongeurs n’a pas accès…

 
Florence

Florence (MF1 en prépa MF2) : Elle n’est restée que la 1ère semaine avec nous, mais nous a laissé son collant (chair) la 2ème pour nous motiver. C’est vrai qu’on en avait besoin vu que quand on faisait le 500 m en capelé, elle en faisait 800.

De l’avis général Flo, tu devrais laisser tomber les collants pour mettre des bas (noirs) sous ta combi et je te jure que la prochaine fois on t’accompagnera au bout du monde…

Loïc

Loïc (MF1 en partance pour le 2) : Le MF2 c’est pas encore pour moi, car l’apnée à 10 m pour aller chercher le mannequin après 200 m, c’est sportif. Au fait Loïc, merci de te retourner quand je prends la photo !

 
Nico

Nicolas (MF1) : Il travaille au parc de Scandola et vient encadrer pendant son temps libre pour maintenir son niveau. Il doit être un peu maso ou inconscient, car vu comme je l’ai satellisé à ma première remontée à la palme, il est quand même revenu le lendemain. Excuse-moi encore Nico, mais connais pas ma force, m'sieur...

 
Michel

Michel (MF1) : C’est le roi de la fuite d’air. Je n’ai jamais vu un E3 fuir autant. Ç’a s’échappe de partout, du 1er étage, du direct-system, du tuyau du manomètre... Je le soupçonne de vouloir imiter les baleines et de lâcher sciemment de l’air pour piéger le plancton. De plus quand il simule l’essoufflement, il ne fait pas semblant. Ce qui fait que tu commences bien par lui faire une assistance fictive à 40 m, mais tu continues la remontée sur une vraie panne, car il a séché son bloc. C’est un vrai pro, qui sait te mettre en situation…

 

Si vous recevez un programme où figure le jeudi une sortie à Scandola avec visite de la réserve et plongée exploration sur épave ainsi qu’un pique-nique sur la plage de Focolara puis plongée de nuit, n’y croyez pas. Tous les jours, sauf dimanche, c’est le matin : 1,5 h de cours puis 800 PMT ou 500 capelé suivi d'exos à 40 et 30 m, tandis que l’après-midi pour changer c’est : 1,5 h de cours puis apnée/RSE/sauvetage ou mannequin. Les vacances quoi !!

Promotion Niveau 4

L’organisation est impeccable, on voit qu’ils ont l’habitude de ce type de stage. Les cours sont bien structurés et les sites bien choisis. D’autre part vous êtes en Corse, dans un endroit agréable et calme (trop diront certains). Il fait bon, l’eau est chaude (j’ai fait tout le stage en intégrale 3 mm) et la mer calme quoique la 2ème semaine, c’était plus sportif... L’examen se déroule sur 2 jours le vendredi et le samedi sur les mêmes lieux que les exercices. Enfin le samedi vers 19h, Jo (le big boss) annonce les résultats sur la terrasse devant le bar. Moment d’intense suspens…

Je garde un très bon souvenir de ce séjour et je vous conseille vraiment d’aller là-bas si vous souhaitez passer des niveaux. Vous pouvez contacter Nicolas Humbert à Paris, mais il n’est pas facile à joindre. Il est parfois plus pratique de téléphoner ou de passer un mail directement à Francine à Galéria.

 

Au fait, si on a nommé notre promotion Tchiki Boum, c'est à cause de Daniel qui n’arrêtait pas de fredonner cette chanson de Niagara. C’était comment déjà l’air : Tchiki boum, tchi boum, tchiki boum, tchi boum, boum, boum

   

Et à propos de BOUM, on a eu droit à un bien sonore et typiquement corse le deuxième jour. Ca c'est déroulé dans la moiteur de la nuit, sur le coup des 1h. Moi j'ai cru à un orage, mais en fait ce n'était pas çà. Le matin en allant au port, on a pu constater les dégâts...